29 septembre 2010 Patrick

5 curiosités archéologiques qui défient nos connaissances

Le mécanisme d'Anticythere

Le mécanisme d’Anticythere – Crédits photo Tilemahos Efthimiadis

Le mécanisme d’Anticythère

En avril 1900, un pécheur d’éponges découvrit une épave antique qui gisait au large de l’ile d’Anticythere, en Grèce, par 60 mètres de fond. Parmi les statues et objets divers que les autorités grecques rapportèrent du navire, on trouva plusieurs fragments de bronze corrodés, quasiment fossilisés, qui ne semblaient présenter aucune valeur. Ce n’est qu’en 1902 que l’on réalisa que ces pièces constituaient un mécanisme, très complexe, qui allait devenir l’un des objets les plus importants et les plus énigmatiques jamais découverts dans l’histoire de l’archéologie. Daté d’environ un siècle avant JC, le mécanisme d’Anticythère est le plus ancien mécanisme à engrenages connu. Il est composé de plus de 82 éléments, dont une trentaine de roues dentées, qui occupent à peu près l’espace d’un gros livre. Les trois fragments principaux du mécanisme sont actuellement exposés au Musée Archéologique d’Athènes, mais la gangue de pierre qui les recouvre en laisse seulement entrevoir la complexité. Tout au long du 20ème siècle, les scientifiques ont essayé de percer les secrets du mécanisme. En 1959, grâce aux rayons X, le physicien Derek de Solla Price décela la présence d’axes, d’aiguilles et de cadrans gravés de minuscules inscriptions, ainsi que de signes astronomiques. Ses études confortèrent l’hypothèse selon laquelle le mécanisme était une sorte de calculateur antique, destiné à prévoir le mouvement des astres. Mais il fallut attendre le début des années 2000 pour que la technologie permette d’aller plus loin : à l’aide d’un tomographe de plus de 8 tonnes spécialement conçu pour l’occasion, l’équipe dirigée par l’astronome Mike Edmunds et le mathématicien Tony Freeth put reconstituer l’intérieur du mécanisme en trois dimensions. Leur expertise, qui s’acheva en 2006, permit de conclure avec certitude que la machine avait pour but de calculer les mouvements du soleil et de la lune, ainsi que de prévoir les éclipses. Cependant, si l’on connait aujourd’hui la structure du mécanisme en détail, son caractère anachronique reste une énigme qui bouleverse nos connaissances : cet objet de quelques centaines de grammes n’a pas d’équivalent connu dans l’antiquité, et il faudra attendre le moyen-âge pour qu’apparaissent des horloges astronomiques d’une complexité comparable.

Pile de Bagdad

La pile de Bagdad démontée

La pile de Bagdad

En 1936, lors de fouilles archéologiques menées au sud de Bagdad, on découvre un étrange vase en terre cuite parmi des centaines d’objets antiques. Haut d’une quinzaine de centimètres pour un diamètre d’environ 7 cm, ce vase est fermé par un bouchon en bitume, et il contient une tige de fer entourée d’un cylindre de cuivre. C’est en examinant l’objet deux ans plus tard dans les caves du musée de Bagdad que l’archéologue Wilhelm König, alors directeur du musée, réalise que le vase pourrait faire office de pile si on remplissait son tube de cuivre avec une solution acide. Il émet l’hypothèse que cette « pile antique » aurait pu être utilisée pour dorer des bijoux anciens par électrolyse. Le vase étant daté aux alentours du 3e siècle avant JC, il devancerait alors de plus de 2000 ans l’invention de la pile par Alessandro Volta, au 19ème siècle. L’intuition de König semble être confirmée après la seconde guerre mondiale, lorsqu’un chercheur de la General Electric nommé William Gray reconstitue le mécanisme du vase de Bagdad. En utilisant du jus de raisin comme électrolyte, il parvient à obtenir un faible courant électrique. De nombreux expérimentateurs parviendront ensuite au même résultat, accréditant la théorie de la pile antique. Cependant, la véritable utilisation de l’objet reste controversée: l’absence d’emplacement prévu pour des fils conducteurs, la faible énergie délivrée ainsi que les connaissances de l’époque tendraient à infirmer la thèse de l’utilisation électrique. Le fait que le vase puisse fonctionner comme une pile dans le cadre d’expériences modernes ne signifie pas que les gens de l’antiquité en aient eu conscience, et Il serait surprenant que cette technologie ait été oubliée, avant d’être ré-inventée 2000 ans plus tard. Mais si on met de côté cette hypothèse, la structure du vase composée de deux métaux différents reste sans explication.

Le pillier de Delhi

Le pillier de Delhi – Crédits photo Amit Kar

Le pilier de Dehli

Dans la banlieue de Dehli, en Inde, se trouve un pilier de fer qui est longtemps resté une énigme archéologique. Haut de plus de 7m pour un poids dépassant les 6 tonnes, le pilier de Delhi fut érigé au IV ème siècle en l’honneur du dieu Vishnu. Et malgré les rudes conditions climatiques auxquelles il est exposé depuis plus de 1600 ans, il n’a jamais rouillé. Conçu à l’origine en inde centrale, le pilier s’élève aujourd’hui dans le complexe de Qûtb Minâr, l’un des plus grands minarets du monde. Il était surmonté à l’origine par un symbole hindouiste, probablement retiré après l’islamisation du lieu. Hormis son incroyable conservation, le pilier présente une autre curiosité : le fer qui le constitue est pur à plus de 99%, une qualité qui ne fut pas obtenue en occident avant le XIXème siècle. Les spécialistes ont d’ailleurs longtemps pensé qu’une pièce de métal aussi imposante n’avait pu être fondue avant l’époque moderne, mais nous savons aujourd’hui que le pilier n’est pas forgé d’un seul bloc, et qu’il est constitué de plusieurs morceaux de fers soudés par une méthode antique. Il fallut attendre 2002 pour que le secret de sa résistance mystérieuse soit compris : après analyse, une équipe de l’institut indien de technologie de Kanpur découvrit qu’une fine couche protectrice s’était formée autour du pilier grâce à une présence importante de phosphore dans le fer. Ce phénomène est directement lié au savoir-faire des métallurgistes indiens de l’antiquité, dont nous pourrions tirer des leçons : d’après le responsable de l’étude, les déchets nucléaires pourraient être conservés plus efficacement en s’inspirant de la technologie perdue de ce pilier millénaire.

Carte de Piri Reis

Détail de la carte de Piri Reis

La carte de Piri Reis

En 1929, lors de la restauration d’un palais d’Istanbul, en Turquie, on découvre une carte incomplète datée de 1513. Tracée par l’amiral Ottoman Piri Reis, cette carte représente les côtes de l’Afrique et de l’Amérique du sud avec une richesse de détails étonnante pour l’époque. Mais ce qui va rendre la carte célèbre, ce sont trois particularités qui en font une véritable anomalie archéologique : tout d’abord, la carte présente des distances correctes entre l’Afrique et l’Amérique, alors qu’on ne sait pas calculer les longitudes avant le XVIIIème siècle, soit 200 ans plus tard. Ensuite, elle montre une côte reliée à l’Amérique du sud qui semble appartenir à l’Antarctique, un continent qui ne sera pourtant pas découvert avant 1820. Enfin, en plus de représenter l’Antarctique 300 ans avant sa découverte officielle, la carte le montre sans glace, tel qu’il était il y a… des millions d’années. Tous ces anachronismes ont suscité les interprétations les plus diverses et les plus fantaisistes : on a notamment pensé que la carte était un faux créé par les nazis, ou qu’elle avait été établie depuis des engins volants, ou bien encore qu’un peuple inconnu et très avancé technologiquement avait transmis ses connaissances aux civilisations antiques. Depuis, de nombreuses expertises ont tempéré ces spéculations. Certains scientifiques pensent par exemple que ce qui est pris pour l’Antarctique est en réalité un continent imaginaire dont les géographes de l’époque soupçonnaient l’existence, ou bien qu’il s’agit d’une représentation erronée de la côte sud de l’argentine. Ce que nous savons avec certitude, c’est que cette carte a été assemblée par Piri Reis à partir de documents déjà existants, allant des cartes de l’antiquité à celles de Christophe Colomb. Ainsi, certaines curiosités peuvent être dues à des erreurs de retranscriptions, telles que les îles vierges qui sont représentées en double. Mais ce que nous savons également, après datation au carbone 14, c’est que la carte remonte bien au XVIème siècle, et qu’elle est authentique. Par conséquent, toutes controverses mises à part, elle reste une démonstration surprenante des connaissances déjà acquises à l’époque.

Sphères du Costa Rica

Sphères du Costa Rica

Les sphères du Costa Rica

Au cours d’une opération de défrichage menée dans les années 1930, les ouvriers de la United Fruit Company découvrent de nombreuses sphères de granit dans la jungle du Costa Rica. Ces sphères, apparemment parfaites, mesurent jusqu’à 2,15 mètres de diamètres pour un poids de 16 tonnes. On en compte aujourd’hui plus de 300 exemplaires, et elles suscitent autant de questions que de fantasmes : pour commencer, on ignore leur période de fabrication, la datation au carbone 14 ne fonctionnant que sur les éléments organiques. On estime qu’elles auraient environ 2000 ans, et qu’elle serait rattachée aux cultures précolombiennes, mais on ne dispose d’aucune référence écrite les concernant. La plupart des sphères sont faites d’une roche volcanique dont l’origine se situe à une centaine de kilomètres de la zone où elles ont été trouvées, mais l’on ne sait pas comment ni pourquoi elles ont été déplacées sur une si grande distance. On ignore également à quoi servaient ces sphères. Etaient-t-elles utilisées lors de rituels religieux ? Servaient-t-elles à se repérer dans la jungle? Toutes ces zones d’ombres ont laissé libre cours à de nombreuses interprétations fantaisistes, souvent basées sur des exagérations. On a par exemple dit que leur perfection n’était possible à obtenir qu’avec une technologie très avancée, ce qui en faisait nécessairement l’œuvre des extra-terrestres, ou des Atlantes. En réalité, les sphères ne sont pas vraiment parfaites : leur diamètre présente des irrégularités pouvant aller de 2 à 5 centimètres. Quant à leur fabrication, on pense qu’elle était réalisable avec des outils anciens, du fait de la nature de la roche. Certains ont également prétendu que des groupes de sphères étaient alignés en direction de point géographiques précis, tels que l’ile de Pâques, ou Stonehenge, mais ces hypothèses restent à confirmer. Au final, s’il n’est pas nécessaire d’avoir recours au surnaturel pour expliquer l’existence des sphères du Costa Rica, elles n’en gardent pas moins leur part de mystère.

Plus d’infos:

, ,

Comments (55)

  1. Excellent article ! J’ai un faible pour le mécanisme d’Anticythère (voir absolument sur Youtube la vidéo du mécanisme reconstitué!) et les sphères du Costa Rica.

  2. Somrune

    Article passionnant, je suis sous le charme de la carte de Piris Reis, ayant un faible pour les histoires de continents disparus et ancienne géographie.

  3. Marie H

    Je connaissais la pile – wou-hou! Qu’est-ce que je me sens cultivée! ;-D

  4. Mina

    Les idées humaines sont parfois dénuées de sens logique, et comme cela a été évoqué dans une émission Exocet, certaines oeuvres d’art restent impénétrables… Je suis persuadée que de nombreux artefacts sont en fait des créations réfléchies auxquelles on attribue à tort des capacités scientifiques! L’excentrisme imaginatif n’est pas l’apanage des derniers siècles, nos ancêtres eux aussi ont certainement passé du temps à créer des chimères tangibles par pur plaisir de l’esprit, ou par espieglerie. .. Que pensera-t-on dans 2 siècles de la machine à faire du caca?

  5. Ninoue

    @ Zartam: Ahahah

    Moi aussi j’aime bien le mécanisme d’Anticythère. En fait j’aime tout ce qui est anachronique ^^

  6. Dirty

    1er passage sur ton site et je suis conquis !
    Concernant Les sphères du Costa Rica et leur datation, ne serait-il pas envisageable d’en découper une pour espérer y trouver des matières organiques coincées lors de la création de la sphère ?
    Je dois pas non plus être le 1er à y penser à mon avis ^^

  7. C’est dingue tout ça… On s’imagine, avant Galilée, les hommes regarder le ciel étoilé avec un air benêt, et eux pendant ce temps là ils nous pondaient le mécanisme d’Anticythère !
    Pour les cartes géographiques, ça m’a toujours fasciné qu’on arrive à tracer une carte sans photo satellite ! Même les cartes très anciennes qui proposent un dessin un peu naïf de tel continent, qui faussent ou font l’impasse sur tel ou tel détail, m’ont toujours impressionnées de ne pas être si éloignées que ça de la réalité… Je me suis toujours imaginé le pauvre explorateur monter en haut d’une falaise avec son carnet de croquis, tracer sa carte à main levée (« là ça fait comme ça, ensuite ça repart comme ça… »), et puis aller se poster plus loin sur la côte pour faire la suite du dessin… 🙂
    Sinon, si tu cherches des idées de mystères à éclaircir, Patrick : d’où vient cette manie d’impliquer les Nazis dans les choses bizarres et surnaturelles (cf. la carte de Piri) ? C’est presque un « genre » dans la BD ou au cinéma : années 40, les Nazis bidouillent avec l’archéologie, le Diable, l’ésotérisme, ils cherchent la pierre philosophale, ils passent un pacte avec le Diable pour mettre au point une arme maléfique… Ce registre m’a toujours interloqué !
    une nouvelle fois, bravo pour ton inspiration qui semble intarissable !

  8. Xix, clair que le mécanisme d’Anticythère semble tellement anachronique qu’on pourrait croire qu’il s’agit d’un morceau de machine a voyager dans le temps! Je te rejoins tout a fait sur la précision, même relative, des cartes antiques. Le fait que celle de Piri Reis représente une distance correcte entre l’Afrique et l’Amerique sans satellite et sans même savoir calculer les longitudes est assez ahurissant. Pour les nazis, y’aurait peut être un sujet a faire, effectivement. Il y a toute une dimension occulte qui fait très série B, mais qui est pourtant bien réelle.

  9. Pas vraiment fab, les cranes de cristal sont volontairement écartés : on sait maintenant qu’il s’agit de faux pour la plupart fabriqués au 19ème siècle. Il y en a a prendre et a laisser dans le site que tu mentionnes, beaucoup de paranormal et d’ésotérisme, c’est ce que j’essaie d’éviter ici 😉

  10. fab35

    Sinon il y a le linceul de Turin ou saint suaire qui un temps fût déclaré faux après analyse et une tentative de datation sur une pièce découpée qui en fait avait été prise sur un bord extérieur qui s’avéra être un bout rapiécé à une autre époque. C’est une américaine et son mari qui du fond du web ont réussi à mettre à mal des scientifiques de haut niveaux qui n’avaient pas pensé à cela.

    Alors excuse moi d’insister, mais il y a UN crane de cristal qui échappe à toutes les explications, aux dernières nouvelles il est dans un musée britannique à l’abri des regards. Les autres crânes doivent être des copies.

    Cordialement.

  11. Sylvain

    Patrick est parti une semaine, et ne pourra pas répondre avant son retour ! 🙂

  12. Les sphères du Costa Rica me rappellent furieusement les Moeraki boulders en Nouvelle-Zélande, qui sont, elles, parfaitement expliquées (et donc l’aspect sphérique est assez saisissant lui aussi).

  13. Bon, j’ai pu trouver une connexion internet depuis la republique tcheque pour repondre tant bien que mal, parce que les claviers sont un peu speciaux!

    fab35> Concernant le crane de Londres que tu sembles mentionner, et qui est conservé au British museum, on sait depuis quelques annees qu’il s agit d un faux datant du 19eme siecle, probablemt fourni par un antiquaire francais du nom d’eugene boban. Plus d infos dans cet article http://www.independent.co.uk/news/uk/this-britain/the-mystery-of-the-british-museums-crystal-skull-is-solved-its-a-fake-495587.html et sur la page wiki http://fr.wikipedia.org/wiki/Cr%C3%A2ne_de_cristal#Autres_cr.C3.A2nes_de_cristal_c.C3.A9l.C3.A8bres

    Zinzin> Etant donné que les deux liens que tu proposes sont mentionnés dans l’article en tant que sources, tu te doutes que je les ai deja lus 🙂

    Les explications et les zones d’ombre sont celles que j’ai mentionne dans l’article: on a des explications quant a la fabrication des spheres, mais on ne sait pas quelle etait leur signification, ni de quel peuple elles sont issues exactememt du fait de leur datation approximative.

  14. bonine

    Je suis heureux de retrouver la machine d’Anticythère car j’introduis mon cours sur les engrenages avec elle au collège! Une vidéo diffusée sur France 5 retrace les études effectuées et prouve qu’avec le matériel disponible à l’époque il était bien possible de la fabriquer.
    Encore une invention qui nous prouve que certains scientifiques grecs ont réalisé des miracles avec peu de Technologie à leur disposition… Bravo à eux!

  15. Peter

    Comme toujours, de petits textes fort intéressants et instructifs qu’on ne peut lire que sur Axolot. Encore Bravo !

    Je crois que nous devons toujours garder à l’esprit que l’Histoire de l’humanité n’est pas aussi bien établie que ce que nos historiens pourraient nous le laisser croire, car l’Histoire fut toujours écrite par les vainqueurs, et ceux-ci n’ont pas toujours cru bon de faire connaître ce qu’ils faisaient de ceux qui détenaient la connaissance.

    Prenez l’Histoire écrite suite à la Seconde Guerre mondiale, Hitler fut présenté comme ayant été le méchant des méchants, et ce, à juste titre, mais si Hitler avait gagné, les historiens auraient fait l’apologie de ce dernier. Inversement, peu de livres d’Histoire font actuellement la mention du fait que Hitler vota les premières lois de protection de l’environnement et les premières lois de protection des animaux. Ce qui est, je l’admets, fort étrange pour une personne qui acceptait que des expériences soient tenues sur de véritables êtres humains initialement bien portants.

    Heureusement, Hitler a perdu, mais nous colportons toujours des inexactitudes. Par exemple, pour les nazis, les juifs étaient de mauvais êtres humains, et les Bolcheviques n’étaient même plus des humains. Un tel niveau de haine et de racisme est véritablement non défendable aux yeux de l’Histoire, mais comment nos livres d’Histoire ont-ils pu omettre tous ces Bolcheviques morts sous les armes de l’Empire germanique ? Serait-ce que nous aussi étions racistes ? Car au cours de la guerre froide, les communistes n’étaient plus nos alliées. Ce qui est regrettable est que dans mille ans, les enfants de nos enfants se souviendront que la Seconde Guerre mondiale extermina plus de huit millions de Juifs, mais auront oublié qu’elle aura, aussi, exterminé plus de 20 millions de Bolcheviques et que bien des résistants français connurent la même fin. Oubliez une seule victime du passé, c’est comme la tuer à nouveau, et ce, peu importe ses croyances.

    L’Histoire ne dit donc que très rarement la vérité, car elle dit ce que l’on veut bien qu’elles se souviennent. Les années se suivent, l’Histoire s’écrit, les Américains sont allés sur la lune, et nous avons tous oublié que ceux-ci n’auraient sans doute pas réussi un tel exploit si cela n’avait pas été du fait que suite à la Seconde Guerre mondiale, les scientifiques allemands furent partagé entre les alliés tels un beau gros butin de guerre, car ceux qui contrôle la connaissance contrôle l’avenir du monde. Je crois que s’il put en être ainsi dans notre siècle, il put aussi en être de même dans les siècles passés.

    Suite à de grandes guerres, les vainqueurs durent tenter de contrôler la connaissance, de contrôler les scientifiques de l’époque et ceux qui refusèrent de se plier aux exigences de l’envahisseur durent mourir. Maintenant, si un scientifique fait une découverte, elle sera partagée en moins de deux à travers le monde entier, via les nouvelles grandes voies de communication, mais à l’époque, si un astronome était tué, c’est tout son savoir qui disparaissait. Alors, certaines étoiles devaient à nouveau attendre afin d’être redécouvertes.

    C’est comme l’Amérique, elle fut officiellement découverte par Christophe Colomb, mais comment expliquer que les peuples olmèques ( Qui était pourtant de très grands sculpteurs ) créèrent des sculptures ayant des yeux bridés ? Comment imaginer un chinois si on n’en a jamais vu un ? Il est intéressant de savoir que les Olmèques et les Chinois étaient, à l’époque, des peuples étant de très grands observateurs du ciel d’où la grande précision de leur calendrier mutuel. Tous deux avaient une vénération pour les pierres vertes, ce qui pourrait expliquer un échange de cadeaux éventuels.

    Ce que nous avons oublié est que les Chinois connurent, autrefois, une très grande période d’exploration, où des mégas jonques étaient construite pour le commerce, pour le bien de l’empire. Je sais que je suis en train de réécrire l’Histoire, mais comment s’en empêcher lorsque l’on sait qu’une récente étude a démontré que les poulets ( La nourriture ) se retrouvant actuellement en Chine et ceux se retrouvant actuellement en Amérique centrale descendaient génétiquement de parents communs ayant vécu à l’époque des Olmèques. L’Amérique pourrait-elle accepter d’avoir été découverte par un chinois ?

  16. Toutes ces informations que l’Histoire nous « cache », elles sont parvenues jusqu’à toi pourtant non? 🙂

  17. Peter

    Je me suis sans doute mal exprimé. Je n’ai jamais voulu parler d’une quelconque théorie conspirationniste, mais bel et bien de cette simple nature humaine qui demeure la même, peu importe l’époque.

    C’est comme avoir à rendre visite à sa belle-famille, et vouloir faire bonne impression en remplaçant son vieux t-shirt préféré par une chemise neuve. Il n’y a pas forcement d’intention de tromper, mais intention de bien paraître ! Bien paraître aux yeux de ses beaux parents, bien paraître aux yeux de l’histoire.

    Je n’oserais donc pas faire un usage trop prononcé de l’expression « Information cachée », mais je n’oserais pas plus faire un usage trop prononcé de l’expression « Curiosité », car un masque de jade, représentant nettement un visage chinois et ayant été retrouvé en Amérique centrale, aurait aussi pu être considéré comme étant une curiosité, mais lorsqu’on tente de replacer les pièces à leurs places, on réalise rapidement et bien souvent que la curiosité d’hier n’était rien d’autre que la simple preuve que l’histoire nous avait été mal racontée, car il fallait bien paraître aux yeux de l’histoire.

    Sur ce, je me répète, mais ce site est fort intéressant, et j’en apprends à chaque fois. Encore bravo ! 😉

  18. La « curiosité », c’est précisément le détail qui va permettre de remettre en question nos connaissances historiques à un moment donné. Ce n’est pas une curiosité en soi, mais dans un contexte culturel. Nous sommes donc d’accord sur le fond, mais pas sur l’intention: je ne pense pas qu’il y ait nécessairement volonté de mieux paraitre, ou de dissimuler la vérité historique. Il peut y avoir aussi tout simplement des erreurs, des redécouvertes, ou un manque de preuves officielles permettant de s’appuyer complètement sur une version de l’histoire. On sait très bien que ce n’est pas Christophe Colomb qui a découvert l’Amérique, et qu’il l’a simplement « redécouverte ». Mais les thèses viking et chinoises, bien qu’étayées par de nombreux éléments, ne sont pas aussi largement documentées. On ne peut que supposer, même fortement, que ces deux peuples avaient atteint les côtes Americaines bien avant. Alors que dans le cas de Colomb, on connait précisément les conditions de l’expédition, et par conséquent, a la lumière des preuves tangibles, il est plus prudent, ou du moins « scientifique », de lui accorder la découverte par défaut. Les « curiosités » sont salvatrices dans le sens ou elles nous rappellent que certaines certitudes historiques sont relatives, mais pas forcement dans un but dissimulatoire. Souvent par manque d’éléments dans l’enquête, à mon avis.

  19. Plus que les nazis, c’est surtout le don à faire entrer les Aliens dans le coup dès qu’on touche à des choses plus mystérieuses que d’habitude.

    Dès que la science sèche un peu, hop, c’est un coup des Aliens. Finalement, on devrait remplacer l’expression « Deux ex machina » par « Alien ex machina » quelque part. 😀

  20. Peter

    Contrairement à ce qu’il pourrait sembler, je crois sincèrement que nous pensons exactement la même chose, et ce, autant pour le fond que pour la forme. En effet, l’Histoire n’a jamais été aussi linéaire que ce que l’on aurait bien voulu nous le laisser croire. Ta présentation nous le démontra brillamment, car une curiosité est bien souvent un affront à cette simple ligne droite, l’expression d’une contradiction dans un raisonnement trop rapide. Toutefois, ma participation à la présente discussion ne se voulait être qu’une mise en contexte de ta présentation, et je n’ai jamais voulu te corriger, mais ai plutôt tenté d’en ajouter.

    Si tu prends le temps de bien relire mes propos, tu y verras le germe de tes derniers propos. J’ai bien spécifié que je ne voulais pas sombrer dans le conspirationnisme, mais il est bien évident que nos hauts faits militaires ne font rarement mention des réalités que sont les massacres, les viols et les pillages qui côtoient régulièrement nos champs de bataille. Une citation célèbre de Jean Rostand ( Biologiste et écrivain français ) ne dit-elle pas : Tuez un homme et vous serez un assassin, tuez en des milliers et vous serez un conquérant, mais tuez-les tous et vous serez un Dieu. Comme quoi, il est toujours difficile d’avoir une entière objectivité sur ces propres actions.

    De plus, j’ai bien spécifier que la notion du bien paraître s’estompait avec le temps, car les nouvelles voies de communication retransmettent de plus en plus rapidement l’information du protagoniste vers le spectateur. Cependant, il arrive encore qu’il y ait obstruction de l’information, par exemple, l’auteur du livre « La rivière » concernant les origines du rétrovirus du SIDA n’a toujours pas trouvé d’écoute de la part de la communauté scientifique, et ce, même si ses dires sont pourtant bel et bien hautement cohérents, mais pourrait-on reconnaitre publiquement un tel génocide, lorsque l’on sait pertinemment que l’arrogance scientifique fut à la base même de cet épidémie?

    Peter :
    … Suite à de grandes guerres, les vainqueurs durent tenter de contrôler la connaissance, de contrôler les scientifiques de l’époque et ceux qui refusèrent de se plier aux exigences de l’envahisseur durent mourir. Maintenant, si un scientifique fait une découverte, elle sera partagée en moins de deux à travers le monde entier, via les nouvelles grandes voies de communication, mais à l’époque, si un astronome était tué, c’est tout son savoir qui disparaissait. Alors, certaines étoiles devaient à nouveau attendre afin d’être redécouvertes. …

    Patrick :
    … Je ne pense pas qu’il y ait nécessairement volonté de mieux paraitre, ou de dissimuler la vérité historique. Il peut y avoir aussi tout simplement des erreurs, des redécouvertes …

  21. Dans ton premier message, chaque paragraphe stipule que l’histoire a été arrangée intentionnellement afin de camoufler la vérité:

    – « on ne nous dit pas qu’Hitler avait AUSSI des bons cotés » (il est fort possible que dans les livres d’histoires qui s’efforcent de résumer l’essentiel du conflit, la passion d’Hitler pour les chiens ne soit pas considérée comme un des aspects les plus représentatifs de sa carrière. Cela, dit, dans tous les livres consacrés au personnage, la chose est mentionnée. Des livres en vente libre.)

    – « on ne nous dit pas que des millions de bolchéviques sont morts durant la seconde guerre mondiale » (bien sur qu’on nous le dit, les victimes soviétiques sont mentionnées dans tous les bilans de la seconde guerre mondiale http://fr.wikipedia.org/wiki/Bilan_de_la_Seconde_Guerre_mondiale. Je tiens toutefois a rectifier quelques points dans ce paragraphe: aux yeux des nazis, les juifs n’étaient pas que des « mauvais hommes », mais bien des sous hommes, et le racisme n’entre pas en ligne de compte quand on parle de bolchévisme, qui est un mouvement politique, et pas une « race ». Sans compter que les soviétiques tués étaient des victimes militaires mortes au combat. Les juifs tués étaient des civils qui avaient juste commis l’erreur de naitre)

    – « on ne nous dit pas que les américains ont récupéré des scientifiques nazis a la fin de la guerre pour exploiter leurs connaissances » (l’operation paperclip est aujourd’hui tellement connue qu’au cours des 5 dernieres années il y a eu au moins trois films évoquant le sujet: The Good Shepherd, The Good German , et Shutter Island)

    -« les scientifiques dérangeants étaient tués » c’est le paragraphe dont tu dis qu’il montre que nous pensons la même chose. Sauf que quand je parlais de redécouvertes, je parlais de connaissances tombées dans l’oubli faute de documents écrits. Je pense que quand on essayait de faire taire un scientifique, cela en faisait au contraire un martyr, et contribuait a répandre ses idées encore d’avantage, voir Galilée)

    – On ne nous dit pas que ce sont les chinois qui ont découvert l’Amerique, l’Amerique ne pourrait sans doute pas l’accepter (déjà, je ne vois pas en quoi elle pourrait mieux accepter d’avoir été découverte par un italien, ensuite, la thèse chinoise fait l’objet d’ouvrages tels que ceux de Gavin Menzies http://fr.wikipedia.org/wiki/Gavin_Menzies mais elle ne repose pas sur suffisament de preuves historiques, mais plutôt sur des indices, comme je le disais.

    Voila, je tenais quand même a reprendre en détail ton premier message, qui me semble nettement moins nuancé que le dernier, et à la lecture duquel je n’avais pas l’impression, moi que nous pensions la même chose. Encore une fois, toutes ces informations que l’histoire nous a « caché », si nous en avons connaissance, c’est bien qu’elles ont été diffusées jusqu’à nous. En matière d’histoire, je suis d’accord sur le fait qu’il y ait pu y avoir tentative d’obstruction, d’arrangement. Mais je pense aussi, à la lumière de toutes les informations « interdites » qui sont aujourd’hui notoires (paperclip par exemple) que la vérité ne peut pas être cachée longtemps.

  22. Darksmile

    Oui, il y a l’axolotl qui semble avoir pris un coup de vieux. x)
    Mais un article sur des trucs effrayants, glauques ou surnaturels serait intéressant. =)

  23. Ma foi, il me semble que la mascotte d’Axolot est déguisée pour Halloween, si vous regardez bien…

  24. Peter

    Dernier message pour Axolot

    Peter :
    … Mais à l’époque, si un astronome était tué, c’est tout son savoir qui disparaissait. Alors, certaines étoiles devaient à nouveau attendre afin d’être redécouvertes. …

    Je fus donc fort déçu d’apprendre que tu avais conclu que chacun des paragraphes de mon premier message stipulait que l’Histoire avait été sciemment arrangée afin de toujours camoufler la vérité. J’avais pourtant bel et bien pris la peine de souligner que je ne voulais nullement sombrer dans ce conspirationnisme qui a l’habitude de sournoisement tout généraliser.

    Patrick :
    … Mais je pense aussi, à la lumière de toutes les informations interdites qui sont aujourd’hui notoires que la vérité ne peut pas être cachées longtemps. …

    Comme je l’ai déjà souligné, les nouvelles voies de communication permettent effectivement une meilleure diffusion de l’information, mais une information peut toujours être rendue publique sans toutefois avoir été reconnue de façon officielle par l’intelligentsia compétente. Certaines informations peuvent aussi être connues de tous, mais demeurer tabou au point de ne pouvoir faire l’objet d’une discussion éclairée. De plus, nous parlons actuellement de la gestion de l’information en vigueur lors du siècle dernier, mais tes 5 curiosités ne datent pas d’hier. Il faut donc croire que la vérité peut parfois ne pas être connue pendant de longues périodes d’où l’importance de relever les contradictions mises en évidence par la simple présence de curiosité. Même si certains gouvernements disposent actuellement de la capacité de mettre sous scellé certains documents pendant quelques décennies, ces mêmes gouvernements sont actuellement obligés de rendre publics les documents qu’ils avaient eux-mêmes scellé dans le passé ( Le scandale de Grosse Île ). Ainsi, des secrets sont tantôt créés et d’autres sont tantôt dévoilés. Des documents datés du début du dernier siècle sont ainsi régulièrement rendu publique et viennent régulièrement corriger notre compréhension de l’Histoire moderne, mais plus nous reculons dans le temps, et plus la tache devient laborieuse, et plus la moindre inexactitude nous oriente vers de mauvaises pistes. Les grands rois d’hier ne faisaient jamais inscrire les fruits de leur mauvaise gestion de l’état sur les pierres de leur palais. Faute d’une documentation adéquate, l’Histoire gardera certainement quelques un de ses secrets.

    Il y a une grande différence entre souligner que l’Histoire peut parfois être mal racontée et souligner que l’Histoire est toujours mal racontée. Il devient donc évident que le fait de donner quelques exemples afin d’étayer la première hypothèse ne vise nullement à renforcer la seconde.

    Je me répéterai sans doute, mais je ne cherchais qu’à souligner le simple fait que l’Histoire n’a pas toujours été écrite avec toutes les subtilités qui nous auraient permis de bien la comprendre dans son ensemble. L’Histoire n’est donc pas autant réductionniste que ce dont nos livres d’histoire en font trop souvent la présentation ! Rien de plus et rien de moins !

    En dernier point, j’aimerais te dire que j’ai bien entendu ton message, la présente discussion ne serait plus souhaitée de nous tous. Tu m’en vois donc fort navré ! Je ne puis en comprendre la raison et ne m’entêterai pas à en chercher la cause ! Sur ce, je te souhaite bonne chance avec ton excellent site, car je dois avouer que j’en aurai régulièrement apprécié la lecture.

    Amicalement, je ne t’importunerai plus !

  25. Alors, Peter, si ton propos se résume effectivement au fait que l’histoire peut parfois être mal racontée, nous sommes d’accord. Je met de coté l’interprétation beaucoup plus radicale que j’avais faite de ton premier message. 🙂

    En revanche, ce n’est pas parce que nous débattons sincèrement, ou que j’exprime sans détour ce qui me semblait être nos divergences, que la discussion n’est pas souhaitée, au contraire. Il n’y avait pas de « message » sous entendu,et donc pas de cause à chercher. Ces commentaires ont déjà vu passer certains débats passionnés, et il faut pouvoir accepter d’être contredit sans en déduire que la discussion n’est pas souhaitée. Tant que tu viendras ici pour exprimer courtoisement tes idées en proposant des arguments, tu seras toujours le bienvenu.

  26. Rien a voir avec votre poste, mais juste un truc marrant que j’ai découvert sur le net. Sur le site Besoindesavoir.com. Il y a un article qui parle du projet Blue Beam. Cela ma rappeler exocet, ce projet BB m’avait bien fait marrer a l’époque, mais l’article sur le site encore plus. Totalement exempt de second degré, voulant nous faire croire que tout cela est vrai… Comment ose t’on… Vive la théorie du complot…

  27. Ninoue

    Aux dernières nouvelles, les sphères du Costa Rica seraient en fait les boules du père François.

  28. Deshoaxer

    Salut, pour le mécanisme d’ancythere, désolé de vous décevoir, mais les datations correspondent à -87 av JC comme dit ci dessus MAIS, notre bon vieux archimede de Syracuse avait deja inventé les roues dentées et mécanisme alors qu’il vivait en 212 av. J.-C. Il n’est donc pas totalement incohérent de retrouver pareil mécanisme à cette époque. L’hypothese de l’astrolabe est donc hautement plausible.

    Pour les piles de Bagdad, le courant electrique étant tellement faible, il à été prouvé qu’elles servaient uniquement à l’electrolise afin de plaqué de l’or sur du métal.

  29. Bonjour « Deshoaxer », Archimède avait effectivement inventé le principe de la roue dentée dès le 3ème siècle avant Jésus Christ, mais ce qui est surprenant avec la machine d’Anticythère, c’est sa complexité, sans équivalent connu dans l’antiquité. Et si tu as bien lu l’article, il est précisé qu’il s’agit bien d’un astrolabe. Pour la bile de Bagdad, là-aussi, si tu as bien lu l’article, l’hypothèse du plaquage est mentionnée, mais il n’a pas été « prouvé », simplement suggéré que c’était une utilisation possible.

  30. Deshoaxer

    Au temps pour moi, la rationalité me fait sauter des étapes :/

    Neanmoins, tout cela me semble dérisoire face au véritable mystere de la cité antique de Tiwanaku, ou bien de la marge d’erreur de 0.5 centimetres sur les pyramides d’Egypte (« pyramide » n’a d’ailleurs, aucune étymologie connue).

    A quand un article sur Tiwanaku (hate de le lire sur ce blog).

  31. Si ça te semble dérisoire, je te suggère d’ouvrir un blog ou tu pourras nous parler des mystères que tu estimes VRAIMENT mystérieux 😉 Mais Tiwanaku est dans mes notes, de même que le monument de Yonaguni, pour un prochain article du même genre. Sinon, sur quoi tu te bases pour dire que pyramide n’a pas d’étymologie connue? Une recherche rapide nous indique que ça vient du grec ancien « puramis » qui serait rattaché au feu, ou à une pyramide de fruits.

  32. Stéphane

    Pour ceux que dont le mécanisme d’Anticythère à attiré la curiosité, il y avait un gros documentaire hier soir sur Arte qui en parlait, super complet.
    (1er Avril 2012 – Arte)

    Je suppose qu’on doit pouvoir le retrouver sur les TV de rattrapage.

  33. Romain

    Concernant la pile, j’ai ma petite « théorie » je la partage parceque je viens d’y penser et après la lecture d’autres articles, j’en suis venu à penser que, peut-etre, s’il s’agit bien d’une oeuvre datant de si vieux, on peut croire que effectivement c’était une trouvaille de l’époque MAIS que vu les résultats, celui ou ceux qui en ont fait la découverte ont tout simplement… abandonné.
    On va dire qu’on trouve quelque chose et on cherche à l’améliorer mais qu’avec de mauvais résultats, des matériaux en petites quantités et la technologie peu avancée, l’idée était là, mais pas la construction ce qui lui a valu d’etre simplement abandonnée.
    Abandonner un si gros projet? C’est fou je sais, mais comme on dit avec Sherlock Holmes: Lorsque toutes les solutions plausibles ont étés évoquées, les plus loufoques sont forcément la vérité.

  34. Ralfs

    sympa l’article sauf que sur le « il parvient à obtenir un faible courant électrique d’environ 1 volt » j’ai tiqué..
    Le courant électrique se mesure en Ampère, la tension en Volt.

  35. Dimitri

    Concernant les sphères du Costa Rica, je me souviens qu’en Nouvelle Zélande ce trouve de nombreuses boules volcaniques sur certaines plages. Quelques unes sont quasi parfaitement rondes et l’Homme n’y est pour rien bien entendu. D’ailleurs, un petit mystère entoure ces boules car elles remontent lentement à la surface des plages. En marchant sur ces lieux, j’ai pu voir des boules affleurant la surface, d’autres à moitié sorties et d’autres complètement excavées du sable.

  36. stef777

    Très juste Peter « L’Histoire ne dit donc que très rarement la vérité, car elle dit ce que l’on veut bien qu’elles se souviennent. « 

  37. BanNardes

    C’est en lisant ce genre d’article qu’on se dit qu’il y a eu un incroyable gâchis de connaissances perdus au cour des siècles.

    Il est quasi-certains que des tas de gens brillants ont vécus sur cette terre et ont eu des idées de génies qui ont complètements disparues dans les abysses de l’histoire, simplement parce-qu’ils n’ont pas eu assez d’influence à leur époque ou que leur travaux on été perdus. Et ça, c’est triste.

    Encore pire ont été ceux qui se sont amusés à détruire le savoir. Et ça, c’est encore plus triste.

    L’avantage indéniable de notre époque, c’est que la grande majorité des découvertes sont, sinon partagées mondialement, au moins archivées en sécurité (espérons).

    Parce que le procédé de la pile de Bagdad, même si finalement il n’était destiné qu’à des électrolyse dans le meilleur des cas, si ce procédé avait été répandu et/ou diffusé, ça aurait peut-être pas pris 2000 ans pour qu’un petit malin invente l’ampoule.

    C’est presque frustrant de se représenter tout ce temps perdu… Bon ça aura au moins eu le mérite de créer des curiosités :).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *