10 janvier 2010 Patrick

5 mystères à élucider

Georgia Guidestones

Les Georgia Guidestones sur leur colline d'Elbert County

Les Georgia Guidestones

C’est sur une colline de Elbert County, en Georgie, que s’élève le monument le plus mystérieux des Etats-Unis. Il est composé de 5 plaques de granit disposées en étoile, qui soutiennent un lourd couvercle de pierre. Mesurant près de 6 m de haut pour un poids total de 107 tonnes, l’édifice est connu sous le nom de Georgia Guidestones (littéralement Pierres Guides de Géorgie), mais son envergure lui vaut également d’être surnommé le Stonehenge américain. Sur les 4 plaques principales sont gravés 10 « commandements » écrits en 8 langues différentes, parmi lesquelles l’anglais, le chinois, l’espagnol, ou encore l’hindi. Ces « règles » prônent notamment des valeurs de modération et d’harmonie avec la nature, mais certaines d’entre elles prêtent à controverse, comme la première qui conseille de maintenir l’humanité en dessous de 500 000 000 d’individus, et qui alimente les théories conspirationnistes.

A l’ouest du monument, une plaque supplémentaire à été posée au sol, qui indique un certain nombre d’informations : on y trouve entre autres les dimensions de l’édifice, le nom des langues mortes gravées sur les cotés du couvercle (sanskrit, égyptien, grec, babylonien), et on y apprend également comment se placer par rapport au monument pour profiter de ses fonctions d’observatoire astronomique. Les Georgia Guidestones sont un mystère dans le sens ou on ne sait pas exactement qui en a commandé la construction, ni pourquoi. Elles ont été érigées par la Elberton Granite Finishing Company en 1980, a la demande d’un homme qui se présenta sous le pseudonyme de R.C. Christian, et qui ne dévoila jamais son identité réelle. Il représentait un groupe d’anonymes qui « souhaitaient une ère de raison », et qui couvrirent sans discuter les coûts énormes de la construction. Joe Fendley, le président de la Elberton Granite Company, confia que selon « R.C.Christian », les Guidestones devaient être capables de résister à une apocalypse afin que les survivants puissent suivre leurs règles et bâtir une meilleure civilisation…


Une representation de Cthulhu par John Coulthart

Une representation de Cthulhu par John Coulthart

Le Bloop

Au cours de l’été 1997, un son d’origine inconnue fut capté à plusieurs reprises par la NOAA, l’agence américaine responsable de l’étude de l’océan et de l’atmosphère. Localisé à près de 5000 km des cotes chiliennes, et enregistré par du matériel militaire destiné à repérer les sous-marins soviétiques, ce son baptisé le Bloop reste un mystère : son profil présente les caractéristiques d’une créature vivante, mais selon les spécialistes qui l’ont étudié, son volume est tel que s’il provenait d’un animal, ce dernier aurait des dimensions encore jamais vues, plus grandes que celles de la baleine bleue.

Parmi les hypothèses avancées sur la nature du Bloop, certaines postulent qu’il pourrait avoir été émis par un calamar géant, ou par une espèce marine inconnue. Il pourrait également provenir d’une vibration synchronisée émise par un groupe de créatures. Dans le registre non-organique, on sait que les icebergs sont capables de générer des sons de très basse fréquence, et un sous marin nucléaire aurait également pu produire une fréquence semblable, mais le problème du volume se pose toujours. Coïncidence étonnante, les coordonnées du point d’ou venait le Bloop sont proches de l’endroit ou l’écrivain H.P. Lovecraft situait R’lyeh, la cité mythique ou repose le monstrueux Cthulhu. Demeurant sans explication, le Bloop n’a plus jamais été entendu depuis 1997.


Les rochers mouvants de Racetrack Playa

Une roche mouvante suivie de son tracé

Les rochers mouvants de Racetrack Playa

Célèbre pour ses conditions extrêmes et ses paysages lunaires, le Parc National de la Vallée de la Mort en Californie abrite de nombreuses curiosités géologiques. La plus étrange est observable à la surface de Racetrack Playa, un lac asséché de 7km² : au sud de ce lac, des rochers de tailles différentes se déplacent sans explication, parfois sur des centaines de mètres, en laissant de longs tracés derrière eux. Les rochers s’éboulent d’une colline adjacente, puis commencent leur parcours non pas dans la foulée de leur chute, mais après être arrivés au bord du lac.

Si les études menées depuis la fin des années 40 n’ont pas permis de comprendre le phénomène, elles ont pu poser plusieurs hypothèses : le vent tout d’abord, parfois très violent, qui pousserait les pierres sur la boue sèche. Mais certaines roches pèsent le poids d’un homme, et le vent seul ne pourrait pas les déplacer. La glace ensuite, qui se formerait autour des pierres en hiver, et qui leur permettrait de glisser sur le sol. Mais cette théorie n’explique pas les traces, et les expériences menées dans ce sens n’ont pas été concluantes. Les chercheurs ne comprennent pas non plus pourquoi certains blocs changent brutalement de direction après avoir suivi un chemin parallèle aux pierres voisines. Détail intéressant, comme les déplacements se déroulent sur plusieurs années, et comme l’aridité du lieu empêche d’y rester trop longtemps, personne n’a encore pu voir les rochers bouger. Les forces à l’œuvre restent donc un mystère…


Mémorial aux victimes de l'incident du Col de Dyatlov

Mémorial aux victimes de l'incident du Col de Dyatlov

L’incident du Col de Dyatlov

Dans la nuit du 2 février 1959, 9 randonneurs russes abandonnèrent en urgence le campement qu’ils avaient établi dans les montagnes de L’Oural pour s’enfuir dans la forêt. Leur précipitation était telle qu’ils déchirèrent la toile de leur tente pour en sortir, et malgré une température proche des -20°, ils ne s’habillèrent que partiellement. Environ 8h plus tard, ils étaient tous morts. Le col de montagne ou se déroula l’incident est depuis connu sous le nom de Col de Dyatlov, en référence à Igor Dyatlov, le meneur du groupe. Les 5 premiers corps furent retrouvés dans les bois le 26 février, certains pieds nus et en sous vêtements. Leur mort fut attribuée à l’hypothermie. Mais lorsqu’on retrouva les 4 corps restants 2 mois plus tard, les enquêteurs commencèrent à voir les choses différemment : 3 des victimes avaient succombé à de violentes fractures multiples, et une des femmes, Lyudmila Dubinina, n’avait plus de langue. L’hypothèse d’une agression par des indigènes Mansi, ethnie locale, fut avancée puis rejetée pour diverses raisons : d’abord, il n’y avait pas d’autres traces que celles des randonneurs dans la zone, et pas de signes de lutte. Ensuite, il n’y avait pas de blessures externes, et les chocs reçus, comparables à ceux d’un accident de voiture, était trop importants pour qu’un humain en soit l’auteur.

Les autorités soviétiques finirent par clore l’affaire, en déclarant que les morts avaient été causées par des circonstances inconnues. Le dossier fut classé confidentiel, et les archives ne furent pas ouvertes au public avant les années 90. Suite a l’engouement des medias et d’internet en particulier pour ce cas, de nombreux points furent amplifiés, voire inventés, comme les hauts niveaux de radiation retrouvés sur les corps, ou l’étrange couleur orangée des cadavres, ou encore les lumières vues dans le ciel la nuit de l’incident. Des exagérations qui conduisirent à plusieurs théories fantaisistes. Mais le seul vrai mystère que les familles des victimes veulent résoudre aujourd’hui se passe de détails surnaturels : qu’est ce qui a poussé 9 randonneurs expérimentés à fuir leur camp au beau milieu de la nuit, par -20°, en courant vers une mort quasi certaine ?


Une page de la section "biologique" du Manuscrit de Voynich

Une page de la section "biologique" du Manuscrit de Voynich

Le Manuscrit de Voynich

En 1912, un antiquaire nommé Wilfrid Voynich fait l’acquisition d’un livre ancien auprès des Jésuites de la Villa Mondragone, près de Rome. Ce manuscrit d’aspect médiéval n’est pas daté, et son auteur n’est pas identifié. Ses 234 pages de vélin sont remplies de dessins étranges, et les textes qu’il contient sont écrits dans un alphabet incompréhensible. Le seul élément qui permet de le replacer dans un contexte historique est une lettre attachée à sa couverture, datée de 1666 : Dans cette lettre, Johannes Marcus Marci, alors proviseur de l’Université de Prague, précise que selon lui l’auteur du manuscrit pourrait être Roger Bacon, un moine visionnaire du 13ème siècle, considéré comme une des plus grandes figures scientifiques du moyen-âge, et qui connaissait les méthodes de cryptage.

Soucieux de déchiffrer son mystérieux livre, Voynich en fait parvenir des copies photographiques a de nombreux experts, mais aucun ne parvient à comprendre le langage inconnu qui recouvre les pages du manuscrit. Seuls les dessins permettent d’imaginer un sens, et de diviser le livre en plusieurs parties : ils représentent notamment des plantes bizarres, des diagrammes astronomiques, et des femmes nues nageant dans un étrange réseau de tubes. Depuis un siècle, toutes les hypothèses ont été avancées sur le contenu du manuscrit, ainsi que sur ses origines. On l’a attribué à divers auteurs potentiels, on a suggéré qu’il renfermait des formules alchimiques, et on a même dit qu’il s’agissait d’un monumental canular, composé de lettres imaginaires disposées dans un ordre aléatoire. Cependant, les cryptographes du monde entier continuent d’étudier l’ouvrage énigmatique, convaincus qu’ils parviendront à percer ses secrets. Aujourd’hui, le manuscrit de Voynich est conservé à la bibliothèque Beinecke de l’Université Yale.

Plus d’infos:

, , ,

Comments (56)

  1. petit poisson

    Mais c’est trop fouuuuuuuuuuu !!!!!!!
    J’adore !
    Encore ! Encore !

  2. Emilie

    Wou, que de mystères ! Je connaissais le bloop mais pas les autres. J’aime particulièrement le coup des rochers qui se déplacent.
    Bref merci pour ce nouvel article, c’est toujours aussi intéressant 🙂

  3. Guss

    Le coups des cailloux est excellent, quand au mythe de Cthulhu, bien sur qu’il est réel !!!! XD (ok je sors)

    Sinon le manuscrit… j’imagine les pauvres gars qui se prennent la tête dessus depuis… ils doivent faire le bonheur des pharmacie du coins vu le nombre de comprimés contre le mal de tête qu’ils doivent s’envoyer, pendant ce temps l’auteur, ou qu’il soit, rigole bien de les voir se tuer à la tache, canular ou pas, il peut être fier de son code!

  4. Zerach

    Un grand merci pour cet article ! J’avais ajouté ce blog à mes favoris en me disant qu’il y avait largement de quoi m’inspirer pour les scénarios de Cthulhu que je faisais jouer, et là j’ai 5 bases absolument parfaites à travailler ^^.
    Encore une fois, j’apprécie particulièrement le côté rationnel et neutre apporté aux articles, ainsi que les sources pour commencer à creuser par soi-même.

  5. Merci pour vos commentaires 🙂

    Zerach> En matière de JDR, je pense effectivement que tu as de quoi piocher 🙂

  6. Aucun mystère dans tous ces trucs! Hahahaha! C’est quand-même facile:
    Le stonehenge? Construit par Patrick Baud en 1980 alors qu’il venait de naitre. Dans le but évident se se fournir lui-même en histoires insolites.
    Le bloop? Il s’agit de Patrick Baud qui pète dans son bain. Il est vrai que depuis 1997 Patrick Baud n’a plus pris un seul bain.
    Les rochers mouvants? C’est Patrick Baud qui les pousse la nuit, quand il n’a plus d’histoires insolites à raconter et qu’il s’ennuie.
    le Col de Dyatlov? Ces gens ont pris peur à la suite d’une histoire insolite que leur racontait Patrick Baud, il est vrai qu’elle était vraiment insolite cette histoire.
    La manuscrit de Voynich? C’est le premier cahier de Patrick Baud, quand il apprenait à écrire. Il est vrai qu’il a mis du temps à savoir faire les lettres. Mais de toutes façons, si on arrivait à le déchiffrer, on ne pourrait lire que des histoires insolites.

  7. Jimmy

    Je connaissait déjà toutes les histoires (et oui, auditeur fidèle d’Exocet aujourd’hui encore il, m’arrive de réécouter l’émission) mais pas la première. De toute évidence, celui qui a construit ces roches fesait soit partie de la Skull and Bones, soit était un mec complètement taré lol.

    Manu:
    T’es un comique toi non ? J’adore…

  8. Il y a 30 articles sur le site. Si tu les as tous lu, le web est vaste, tu trouveras sans doute ton bonheur ailleurs.

  9. Amandine

    Félicitation pour ces articles tous plus intéressants les uns que les autres ! J’ai largement de quoi nourrir ma soif d’insolite et de bizarrerie.
    Bref, tous mes encouragements pour la suite. Et même s’il faut attendre longtemps pour trouver un nouvel article, c’est avec davantage d’avidité que je les dévore !

  10. Marie H

    L’histoire du Col de Dyatlov est drôlement lugubre… De quoi se creuser la tête longtemps en tentant de comprendre ce qui a bien pu se passer!

  11. raphael J

    l’histoire du col de dyatlov et vraiment enigmatique voire surprenante… c sure, les 9 randonneurs cherchait a fuirs qu’elqu’un ou quelque chose …. en tout qu’a pour réagir de la sorte , on les a surement pourchassé avant qu’il meurent de froid.. , pour l’histoire du « bloop » vaux mieux pas etre a la place de ceux qui vont découvrir la cause de ce mystèrieux son qui vient des profondeurs..

  12. Zartam

    L’histoire du Col de Dyatlov pourrait être à l’origine d’une expérience militaire, si j’ai bien compris l’article anglais…

  13. Zartam> Plus précisément, une des théories, qui ne repose sur aucune preuve, avance que les randonneurs auraient été victimes d’armes secrètes russes lors d’essais dans la montagne…

  14. matbo

    Je me demandai si le créateur de ce blog pourrais faire quelque chose qui serrai pas mal je pense.

    Voila les article sont amélioré par de chouettes photos je trouve mais je pense qu’il serrai préférable de pouvoir en cliquant dessus les agrandir ou ouvrir une nouvelle page avec la photo à la taille original, je dit parceque quelque fois la photo est vraiment petite.

    Voila bonne continuation

  15. matbo> Merci de ta suggestion, mais pour des photos purement illustratives qui sont surtout la pour mettre en avant le texte, je trouve qu’elles sont suffisantes… Et puis, un des buts du blog est aussi de pousser ceux qui sont intéressés par les histoires à chercher d’avantage d’informations et d’images ailleurs 🙂

  16. Blaze !

    A propos de l’histoire de la passe de Dyatlov :
    Si on étudie un peu les sources et les origines de cette affaire, on se rend rapidement compte qu’aucune source (ne serais-ce qu’un site internet, aussi peu fiable soit-il) antérieure à février 2008 n’en fait état. De plus si on va sur la page de discussion du wikipédia anglais (toujours regarder la page de discussion quand on veut se rendre compte de la fiabilité d’un sujet et de la teneur des controverses qui l’entourent), on se rend compte que l’article cite comme référence des articles de presse récents qui se basent eux-mêmes sur l’article wikipédia…
    Ca sent le gros hoax, quoi.

    Bonne continuation,
    B!

  17. Il est toujours facile de crier au fake dans ce genre de cas, et je serais bien en peine de prouver l’authenticité absolue de cette histoire. Cela dit, moi le premier, j’ai abordé le sujet avec scepticisme, et ce dont je suis convaincu maintenant c’est qu’il y a bien eu 9 personnes tuées sans explication satisfaisante. Le fait que les sources soient récentes peut s’expliquer par la confidentialité de l’histoire, qui n’a pas été rendue publique pendant 30 ans. C’est sur ce site que j’ai trouvé les informations les plus nombreuses, ainsi que le dossier le plus riche: http://www.aquiziam.com/dyatlov_pass_1.html http://www.aquiziam.com/dyatlov_pass_2.html http://www.aquiziam.com/dyatlov_pass_letter.html

    Sur ce site, on trouve notamment des démystifications de détails fantaisistes, ainsi qu’une lettre envoyée à l’équipe du site par la fondation pour la mémoire de l’equipe de Dyatlov, avec des photos du mémorial aux victimes. Alors peut-être que dans quelques années on découvrira que l’histoire a été montée de toutes pièces, avec faux témoignages, fausses images, faux articles… Mais si c’est le cas, ce sera probablement l’hoax le plus élaboré de l’histoire d’internet.

  18. Dream-Sequencer

    Les Georgia Guidestones, par R.C.Christian … Ça n’aurait pas un rapport avec les Rose-Croix quand même ?

  19. Que le pseudonyme du commanditaire soit un hommage au fondateur du rosicrucianisme, c’est une des hypothèses populaires dans cette histoire. Mais on n’en sait pas plus…

  20. Mélissa

    Ma mère est atteinte de façon chronique de la paralysie du sommeil, si c’est comme ca que le phénomène se nomme, car les nombreux spécialiste qu’elle a rencontrer au cours de sa vie n’ont pu le nommer. Moi même je suis atteinte, mais beacoup moins dramatiquement, surtout lors de péride de stress intense ou de manque de sommeil. Mais, elle c’est horrible, chaque nuit, au point où le seul remène qu’elle à trouver est de dormir sur le sofa, qui est beaucoup moins confortable, elle atteit donc moins souvent le stade des rêve, ce qui réduit considérablement ses débacles liés à ce mal. Car des connerie dans ce moment la elle en fait, je vous dit c’est extrème ce n’est pas seulement une vision d’un être noir (C’est plutot mon cas à moi) mais confusion total entre le rêve et la réalité. Attaque, panique, elle a déja pris un cadran pour une bombe et est sorti dehors pour le jeter a l’autre bout de la rue en plein milieu de la nuit et ce parfaitement consciente de ce qu’elle fesait tant que personne ne lui parle et le pire c’est qu’elle s’en souvient parfaitement et de tout en détail, même si son comportement devient totalement illogique

  21. Stephanie C

    Racetrack Playa :

    J’ai vu une explication pour Racetrack lors d’une émission télévisée ; récemment l’expérience a été tentée pour prouver la véracité.
    En fait le sol devient boueux, ne me demandez pas l’hygrométrie, et les vents violents permettent le déplacement des pierres. Effectivement, le vent ne balayant que de façon rectiligne, c’est surprenant, mais apparemment, c’est réel et ce serait L’explication…

    Merci pour ton site qui est très intéressant, ça me plaît beaucoup !

  22. matthieu b

    J’interviens ici afin de partager une expérience, faisant référence à l’article « paralysie du sommeil ».
    Je voudrais au préalable contextualiser mon récit.
    Depuis plusieurs années je m’intéresse aux expériences sensorielles, aux sciences cognitives à la psychologie, méditation et ses dérivés… bref tout ce qui traiterait le rapport corps/esprit. Mon but et de rationaliser l’intégralité de ces expériences et de ne pas m’orienter vers un mysticisme douteux. Ainsi, (peut-être le connaissais vous) j’ai été attiré par un logiciel appelé I-doser, pour faire simple je compris que son utilité seule résidait dans un exercice méditatif. Les effets recherchés devaient s’accomplir par un effort de relaxation important (c’est à dire de respiration abdominale) ainsi qu’une concentration sur la musique. Ainsi par l’exercice répété nous pouvions accéder à un état troublé entre semi-conscience et rêve. Le soi-disant logiciel n’avait en réalité aucun effet si ce n’est celui de fournir un espace de concentration.
    J’en viens à mon récit. Je pense que la plupart d’entre vous avez connu cette expérience :
    Vous êtes dans la voiture de vos parents, musique en fond sonore, vous vous suspendez à un demi-sommeil, parfois vous semblez vous endormir, mais 10 minutes plus tard vous vous réveillez, et ainsi de suite, le « but » étant de ne jamais vraiment s’endormir (cela peut aussi se faire alors que vous regardez un film mais vous êtes submergés par la fatigue, ne voulant pas manquer le film vous oscillez entre des phases de somnolence et de sommeil léger. Cela vous procure un sentiment de confusion…
    Ainsi, mon expérience à moi a été une forme d’expérience hypnagogique durant une méridienne (sieste de l’après repas) que j’ai réussie à apprivoiser et donc réitérer.
    C’était durant ma dernière semaine de révision avant les partiels, j’avais entrepris de faire une sieste après le repas avant d’entamer une grosse partie de mes révisions. Je me suis couché en envisageant de me reposer qu’une demi heure. Je m’installe dans le canapé du salon, et commence à pratiquer mes exercices de relaxation.
    L’expérience fut la suivante :
    Comme j’étais en retard sur mes révisions, et que la maison (celle de mes parents partis pour une semaine) était sans dessus-dessous, j’étais relié à des soucis d’ordre matériel, donc dans un état de stress plus ou moins conscient. Il en advenu que lorsque je passa du sommeil léger à celui de profond, ce trouble qui m’imposait de ne pas dormir à un moment crucial m’amena à une distorsion du réel. Ainsi, croyant avoir dormi une bonne demi-heure je voulu me réveiller, après maints efforts j’y parvins et voulu régler ces quelques soucis d’ordres ménagers, le finissais-je que je m’aperçus être en fait encore lové dans mon canapé, dans un état d’atonie, je pris conscience avoir vécu un rêve extrêmement réaliste. Cependant mon corps ne voulait plus répondre, malgré la volonté de l’animer, imaginez vous en train de seulement vouloir lever un bras et de n’y arriver pas, c’était très déstabilisant. Après donc, avoir durci ma volonté j’en vins à me lever péniblement et d’acheminer mon corps jusqu’à la cuisine pour enfin faire mes tâches, me mettre à lire mes cours, tournant les pages, puis encore une fois j’étais dans mon canapé… cela dura à plusieurs reprise, une fois mes parents revinrent(alors qu’il ne devait rentrer que dans quelques jours), et j’entamai une discussion tout à fait solennelle, leur fis le café…
    J’ai durant les autres jours refais la même expérience qui s’avérèrent concluantes, puis après leur retour je n’y trouva l’occasion jamais.
    Le plus dérangeant dans cette histoire c’est la sensation d’hyper-réalisme dans la situation, dans le sens ou le déroulement de l’action, dans sa temporalité, est identique au temps passé à se la projeter depuis le canapé, ou le respect des détails ressemblerait à ce que l’on pourrait vivre avec une NDE (selon témoignage), c’est pour ça que je me permets d’écrire ça ici en pensant trouver un rapport entre la paralysie du sommeil et mon expérience, puisque mon corps d’abord inanimé, tente de se mettre en branle, et par un effort de conscience mon esprit s’éveille, se dissocie du corps et se met à instantiser les éléments de mon environnement.
    Je vous remercie d’avoir pris le temps de me lire, je pense que j’aurai du sur le tas transcrire mon expérience à l’écrit, mon impression a été atténuée par le temps, et ne semble aujourd’hui qu’avoir été un mauvais rêve.

  23. Anne

    Pour les rochers mouvants, ça pourrait pas être des forces magnétiques ? Genre comme celles qui existent avec le pôle magnétique de la Terre, et qui bouge, expliquant les changements de direction des rochers… ?

  24. Jérôme

    En ce qui concerne les « sailing stones », il y a quelque chose de pas clair.

    D’une part quand on tape ça sur google, les sites qui en parlent sont soit des chaines de télévision US, soit des sites traitant du paranormal, soit Wikipédia.

    Dans Wikipédia, les sources ne sont franchement pas top. Je n’ai vu aucune géologue ou géomorphologue citées dans des revues à comités de lecture. D’ailleurs dans ces mêmes revues spécialisées, on ne connait pas les mots « sailing stones »

    Sinon quand tu dis qu personne ne les a vu, ou ne sait comment ces rochers se déplacent; on voit tout de suite un problème. L’usage de caméras, l’usage de photos satellites, ou l’usage de puces GPS sont des techniques très faciles à mettre en place, et largement utilisées dans tout ce qui est mouvement de terrain. Si en plus il s’agit d’un mystère, je pense que les fonds nécessaires ne sont pas franchement compliqués à mettre en place

  25. Jérôme

    J’ai oublié de préciser, que ton blog m’intéresse beaucoup, malgré mon commentaire qui n’est peut être pas très agréable au premier abord

  26. Melo

    Pour les sailing stones, la BBC a fait un documentaire avec des scientifiques qui ont prouvé que les pierres bougeaient grâce à l’eau qui se répandait sur le site durant certaines périodes de l’année.

  27. Pour les sailing stones, il y a beaucoup d’hypothèses, comme mentionné dans l’article, mais le mécanisme exact de leur mouvement reste un sujet d’études, il n’y a pas d’explication définitive du phénomène.

  28. Très intéressant ces histoires ! J’ai repris sur mon blog l’histoire de ces malheureux universitaires morts dans l’Oural; article que j’ai trouvé dans une revue bimestrielle axée sur les mystères. Néanmoins votre article est plus détaillé et plus concis aussi je l’ai repris en vous citant dans les commentaires dudit article !
    Merci pour votre travail élaboré ici !
    Bien à vous
    Tyron

  29. Mathis

    J’ai l’impression en voyant les articles juste au dessus que Axolot regarde beaucoup « les 30 histoires les plus mystérieuses ». Je me trompe? 😉

  30. V-Marguerite

    L’histoire du col de Dyatlov me glace le sang ( c’est le cas de le dire ), tout pratiquant d’alpinisme sait que sortir du camp la nuit même habillé chaudement est très dangereux mais là les mecs sortent en slip !

  31. Thomas

    Pour les rochers mouvants de Racetrack Playa, n’y a t’il pas un champs magnétique qui aide un peu le vent ? Parce que cette histoire me fait penser à la pente qui monte !

  32. Thunder

    Génial !
    Le Bloop est passionnant, mais étrange en un point.
    Admettons que se soit une créature, elle a forcément un parent au moins, non ?
    Bon, admettons que ce dernier soit mort depuis belle lurette, pourquoi n’a-t-il bougé qu’une fois ?
    Sauf si c’est un peu une sorte de.. Corail ?
    ENFIN, je veut dire une créature très grosse, mais qu bouge jamais jusqu’à quasi fusionner avec son environnement, mais alors…
    pourquoi et comment avoir pu bouger malgré sa fantastique taille ?

  33. Zoé

    J’aime beaucoup l’histoire du Bloop! Personnellement, je crois complètement aux créatures inconnues des fonds marins, c’est un sujet super intéressant je trouve.
    L’histoire du col de Dyatlov est intrigante! (Et flippante) j’aime bien ce genre de mystère un peu glauque, même si je sais qu’en réalité ça n’a rien d’amusant…
    Le manuscrit de Voynich? Ben, c’est sûrement un exemplaire du livre des Fées! Personne ici n’a lu Artemis Fowl? ^^
    En tout cas, merci et bravo pour ta chaîne et ton site, continue, c’est super!! Je suis une grande fan de mystères non résolus, de questions sans réponse et d’histoires étonnantes, alors forcément je me régale!!
    Bonne continuation!

  34. delta

    je pense que pour le manuscrit c’est juste un pauvre troll qui c’est dit  » y’aura toujours des idiots pour essayer de comprendre…! »

  35. Gaëtan REBUT

    je n’ai pas lu tous les commentaires et quelqu’un y a sans doute répondu mais le mystère concernant les rochers mouvants de Racetrack Playa à été élucidé ! En fait quand il pleut beaucoup, l’eau s’infiltre mal jusqu’à faire une mini lac. Ensuite comme il fait très froid l’hiver, tout gèle ! Enfin, lors du dégèle, des plaques de glaces se détachent et, grâce au vent, trainent des pierres sur plusieurs mètres en les poussant ! 🙂 Expérience réalisé en laboratoire et les scientifiques ont haluciné quant à la puissance que la glace pouvait engendrer en déplacer des bloques énormes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *